Dacia : la voiture low cost qui génère des bénéfices

Ce n’est une nouvelle pour personne, le marché européen de l’automobile est moribond même si l’ACEA affirmait cette semaine une augmentation des immatriculations de voitures neuves. Dans ce contexte difficile, Renault tire son épingle du jeu grâce à Dacia, la marque de voiture low cost.

Dacia-Lodgy-csdp

Crédit : SDP

Nous sommes en 2004 lorsque le PDG de Renault, Louis Schweitzer, décide de lancer une marque de voiture low cost : Dacia. Si à l’époque beaucoup se sont étonnés de cette idée, la donne a changé avec le recul puisque les ventes de Dacia permettent aujourd’hui de compenser le recul des ventes de voitures Renault.

Et si les chiffres des nouvelles immatriculations pour le mois de septembre ne sont pas trop mauvaises (retrouvez-les dans cet article de Trends), ceux des neuf premiers mois de l’année 2013 démontrent que le groupe Renault affiche une légère croissance au niveau des nouvelles immatriculations européennes (0,3%) alors que PSA Citroën Peugeot recule de 11,3% et le marché entier de 4% !

La croissance de Dacia

Si le groupe Renault parvient aujourd’hui à garder la tête hors de l’eau, c’est essentiellement grâce à la marque Dacia dont les immatriculations ont augmenté de 20% sur ces neuf premiers mois de l’année. Mieux : en Belgique, ces immatriculations ont même augmenté de 33% !

Pourquoi Dacia est-elle rentable ? 4 éléments expliquent la progression et la rentabilité exceptionnelle de Dacia :

  • Sa production dans des pays low cost comme la Roumanie ou le Maroc,
  • Pas de réductions contrairement aux autres marques,
  • Des commissions limitées pour les concessionnaires par rapport aux autres voitures,
  • Une conception low cost puisque les voiture récupèrent des plateformes existantes et sont équipées de manière rudimentaire.