Le marché du conseil français se porte bien selon Source Global Research

Le marché français du conseil se porte bien, comme en témoignent les chiffres communiqués par Source Global Research, l’institut de recherche londonien sur le conseil en management, pour l’année 2017. Toutefois, les cabinets de conseil de direction générale les jugent non significatifs pour leur activité.

Le conseil en France, un marché en progression de 6,2 % en 2017

L’année dernière, le secteur du conseil en France a amélioré sa performance de 6,2 %, s’établissant ainsi à 4,5 milliards d’euros. Ce taux de croissance a donc été de deux fois supérieur à celui observé entre 2015 et 2016 (+3,6 % ; 4,1 milliards d’euros). L’augmentation a d’ailleurs été plus rapide que sur le marché britannique. Quant au conseil en stratégie, il a progressé de 5 % sur un an, soit un point de plus que l’année précédente.

L’institut a également interrogé quelque 430 acheteurs de conseil en Big data à Paris et dans le reste de l’Hexagone. Les volets les plus importants pour les sondés sont la transformation digitale, l’intelligence artificielle, le Big data et la robotisation.

À l’issue de l’étude, Accenture, IBM Global Business Services et Capgemini Consulting apparaissent comme les meilleurs cabinets, 73 %, 72 % et 69 % respectivement des sondés ayant exprimé leur satisfaction quant à la qualité de leurs prestations. En comparaison, les autres acteurs mentionnés décrochent un taux de satisfaction moyen de 64 % seulement.

Des études non pertinentes pour les cabinets de direction générale

Cette statistique sur le top 3 hexagonal est toutefois à prendre avec prudence, car selon certains observateurs, une majorité des répondants n’ont jamais utilisé les services qu’ils ont notés. D’autres ajoutent que la sélection de cabinets proposée par Source ne reflète pas la diversité du marché et surestime le nombre de missions de conseils portant sur le digital et l’IA.

De nombreux représentants de cabinets de direction générale ayant assisté à l’événement affirment d’ailleurs ne pas acheter les résultats des études de marché réalisées par Source. D’une part, ils estiment qu’elles manquent de pertinence pour leur activité, étant trop peu détaillées pour apporter une réelle valeur ajoutée dans le développement de leur offre. D’autre part, le vrai marché potentiel pour ces entreprises se limiterait à 1,5 milliard d’euros au lieu des 4,5 annoncés par Source.

Il reste que les études sectorielles sont incontournables pour réseauter et rester au fait des nouvelles tendances du marché.