Le télétravail encouragé en Flandre

En Flandre, environ 250 organisations vont être conseillées par l’Institut flamand pour la Mobilité (VIM) ainsi que par Flanders Energy dans le but de faciliter le travail à domicile des employés et de diminuer les problèmes de mobilité.

teletravail-thinkstockIngrid Lieten, ministre flamande de l’Innovation, a décidé de soutenir ICOMflex, un projet qui se veut ambitieux puisqu’il vise la réduction annuelle de 15.000 heures perdues dans les bouchons jusque 2020 ! Actuellement, 250 organisations sont invitées à promouvoir le travail à domicile ainsi que dans des bureaux flexibles (via la location de postes de travail dans des centres d’affaire qui permettent d’éviter les embouteillages).

D’après une enquête récente, 50% de la population active est favorable au travail à domicile mais seuls 16% des Belges sont parfois actifs ailleurs que sur leur lieu de travail fixe. Autrement dit, les perspectives restent encore ouvertes dans le développement du télétravail.

Et en Wallonie ?

Si la ministre Lieten encourage fortement cette initiative qui permettrait d’avoir un impact considérable sur la mobilité, la Wallonie pense aussi depuis plusieurs mois à encourager ce mode de travail.

En effet, depuis le mois de juin 2013, les gouvernements wallon et Fédération Wallonie-Bruxelles ont décidé de doubler le nombre de postes de fonctionnaires pouvant bénéficier du télétravail. Ceux-ci sont donc passés de 340 à 740 au Service Public de Wallonie (SPW) et de 230 à 405 au ministère de la Fédération.

Sources : Trends et RTBF