Zoom sur les « tiny houses », ces mini-maisons en bois

Une maison à la taille d’une chambre, ça vous tente ? Peut-être en avez-vous déjà entendu parler, né aux États-Unis dans le courant des années 2000, le concept des tiny-houses n’est pas neuf. Cependant, ces maisons miniatures se font encore très rares à l’intérieur de nos frontières. Décortiquons ce phénomène.

Zoom sur les « tiny houses », ces mini-maisons en bois

Les tiny houses, qu’est-ce que c’est ?

Tiny-house est la traduction anglaise de maison miniature. Comme leur nom l’indique, ce sont donc des maisons réalisées à l’échelle miniature. Chambre, salon, cuisine, salle-de-bain,… tout y est, mais en plus petit. 100% habitables, ces mini-maisons entièrement construites en bois sont juchées sur deux roues afin de pouvoir les mouvoir.

En réponse à un besoin

La première mini-maison a vu le jour pour la première fois en 1929. Charles Miller en est considéré comme l’inventeur. Cependant, il faudra attendre milieu des années 2000 avant qu’elle ne se répande, en tant que solution de secours face à l’ouragan Katrina d’abord, et en réponse à la crise des subprimes ensuite. Recontextualisons…

En 2005, l’ouragan Katrina a causé la mort de 1.836 personnes et a occasionné des dégâts pour un montant total de 108 milliards de dollars, faisant de lui l’ouragan le plus dévastateur depuis l’ouragan Mitch, en 1998. Les Etats-Unis, mais plus particulièrement la Nouvelle-Orléans et la Louisiane ont été gravement touchés par son œil large de 40 kilomètres et ses vents ayant atteint jusqu’à 280km/h ! Délogés, les américains se sont alors tournés vers des habitations de fortunes, dont les tiny-houses.

Il faut attendre 2008 pour qu’elles se popularisent encore davantage. Là non plus, les circonstances ne sont pas joyeuses puisqu’elles consistaient en une alternative aux maisons traditionnelles face à la crise économique causée par les dérives des prêts hypothécaires à taux révisables. Désireux de ne plus dépendre du système bancaire, bon nombre d’Américains se tournent alors vers ces mini-maisons à moindre coût.

Une philosophie

Si l’avantage financier de ce concept est évident puisqu’il rend possible l’acquisition d’une maison pour le prix d’une voiture, à l’heure actuelle, là ne réside plus la motivation essentielle. En effet, pour ces propriétaires, une tiny house, c’est avant tout une philosophie de vie. Écologique, mobile, autonome,… La maison miniature offre un tout autre confort de vie. Écologique de par sa taille et son mode de construction 100% bois, mobile grâce à ses roues, même si elles ne se substituent pour autant pas à une caravane, et autonome car, agrémentée de panneaux photovoltaïques, elle est à même de fournir toute l’énergie nécessaire à ses habitants. Vivre dans une tiny-house, c’est aussi l’obligation de se recentrer sur l’essentiel. Les choses futiles ? Vous n’aurez tout simplement pas la place pour les caser.

Et chez nous ?

Chez nous, les mini-maisons sont encore plutôt timides. Considérées par l’Etat belge au même titre que les caravanes et non comme des maisons, il s’avère impossible de les chiffrer. Qui sait, d’ici quelques années, peut-être sera-t-il tout à fait normal de croiser ce type de construction sur nos routes ?