Erreurs de traduction aux JO d’hiver 2018

Les Jeux olympiques d’hiver battent actuellement leur plein. En concurrence avec Annecy et Munich, c’est finalement Pyeongchang, en Corée du Sud, qui a remporté le Saint Graal, à savoir l’autorisation d’organiser ces XXIIIèmes Jeux olympiques d’hiver. Les festivités, qui ont débuté le vendredi 9 février, se clôtureront le dimanche 25 février prochain. Si les médailles se distribuent au rythme effréné des compétitions, une telle organisation ne peut toutefois être exempte de l’un ou l’autre couac… Nous en comptons d’ores et déjà deux en matière de traduction, deux fausses notes qui ne portent heureusement pas à conséquence, et qui prêteraient même à sourire. Retour sur ces dernières. 

Erreurs de traduction aux JO d'hiver 2018

Problèmes de compréhension entre les deux Corées

Comme vous le savez peut-être, la Corée du Nord, bien qu’en guerre avec le pays organisateur, est de la partie. 22 athlètes nord-coréens joueront effectivement des coudes avec les autres nations dans cinq disciplines différentes.

Celle qui nous intéresse dans le cadre de cet article est le hockey sur glace. Il était convenu que, si les hockeyeuses sud-coréennes échouaient aux qualifications, ce qui s’est produit, elles formeraient une seule et unique équipe avec les hockeyeuses sud-coréennes.

Seulement voilà… si les Sud-Coréennes et Nord-Coréennes partagent la même langue, reste que celle-ci a fortement évolué depuis leur séparation, et ce, de part et d’autre.

Difficile parfois, donc, de se comprendre, d’autant plus sur certains termes sportifs. Le mot « patinage », qui se dit en anglais « skating », par exemple, a été adapté par la Corée du Sud pour devenir « seu-ke-ee-ting », alors qu’en Corée du Nord, patinage se dit « apuro jee chee gee ». Pour faciliter la compréhension entre les deux parties, des listes de vocabulaire ont été mises à disposition des hockeyeuses sud-coréennes.

Un problème d’œufs pour la Norvège

Une erreur de traduction réalisée par les cuisiniers de la délégation norvégienne a donné lieu à une situation plutôt cocasse… Ceux qui souhaitaient obtenir 1.500 œufs se sont en effet vus recevoir 15.000 unités!

Pour écouler les stocks, ceux-ci devraient engloutir 124 œufs par personne. Une chose est sûre: les athlètes norvégiens ne manqueront pas de protéines!

La prochaine fois, la Norvège prendra peut-être dans ses bagages des traducteurs professionnels… 😉