Le guide pratique pour choisir une sépulture

Après le décès et avant les funérailles, la famille et les proches doivent effectuer des démarches relatives au choix du mode funéraire ainsi que de celui de la sépulture. Pour éviter d’imposer ces démarches à nos proches et leur faciliter la tâche dans ces moments difficiles, il peut être utile d’en discuter préalablement. Mais qu’est-ce qu’une sépulture ? Comment la choisir ? Quel emplacement sélectionner ? Découvrez ci-dessous les réponses à ces questions.

sepulture

Sauf en cas de dispersion des cendres, la sépulture est obligatoire mais peut se retrouver sous différentes formes.

La sépulture en cas d’inhumation

Lors d’une inhumation, la sépulture peut être placée en terre commune, dans une concession en terre ou dans un caveau.

L’inhumation en terre commune est gratuite à condition d’être domicilié ou décédé sur le territoire de la commune. Toutefois, cette sépulture ne pourra être accordée qu’à une seule personne et sa durée sera limitée dans le temps (minimum 5 ans).

L’inhumation en concession en terre, elle, permet d’avoir l’usage d’un emplacement limité au sein du cimetière. Il sera possible d’y enterrer plusieurs membres d’une même famille et la durée est également limitée dans le temps (minimum 10 ans). Cette inhumation en concession n’est pas gratuite et son prix varie en fonction des communes.

Attention, en cas d’abandon de la sépulture (si elle n’est pas entretenue), la commune a le droit de reprendre la concession avant la fin de celle-ci.

Le caveau est une sépulture qui permet de placer plusieurs défunts ensemble et sa durée de validité est de minimum 20 ans. Ce type de concession est renouvelable à son terme et son prix varie en fonction des communes. Ce sont également les communes qui régissent la réglementation concernant les dimensions des caveaux.

La sépulture en cas de crémation

Depuis son acceptation par l’église en 1963, la crémation est de plus en plus souvent choisie par les familles pour le défunt. Là aussi, il existe plusieurs solutions en termes de sépulture.

L’inhumation des cendres: comme pour l’inhumation, les cendres du défunt peuvent être inhumées dans l’enceinte du cimetière en terre commune, en terrain concédé ou dans une sépulture existante.

La dispersion des cendres se fait sur la parcelle du cimetière prévue pour cela.

Le placement des cendres dans un columbarium est une troisième solution. Le columbarium désigne une loge concédée dont le coût varie au sein de chaque commune. La durée minimale de ce type de concession est de 10 ans. Une plaque commémorative personnalisée peut recouvrir la loge (en fonction du règlement communal).

Dispersion des cendres en mer ou ailleurs: en Belgique, il est possible de disperser des cendres en mer territoriale belge. La dispersion des cendres ne peut se faire que par le préposé de la commune via une urne soluble dans l’eau.

La dispersion des cendres peut également être réalisée ailleurs quand dans un cimetière ou en mer. Toutefois, cela ne peut se faire dans le domaine public. Si la dispersion des cendres est réalisée sur une propriété qui n’appartient pas au défunt, il est indispensable d’obtenir une autorisation du propriétaire.

En général, les entreprises de pompes funèbres se tiennent à la disposition des familles pour les guider, les conseiller et les aider dans les démarches administratives relatives à la sépulture.

Responsable éditorial pour Businews.be