Une étude réalisée par le centre de recherche pour les Classes Moyennes de l’Université de Manheim, en Allemagne, révèle que les entreprises familiales auraient moins licencié de personnel que les entreprises du DAX-26 (les plus grandes entreprises cotées en bourse) lors de la crise de 2009.

Moins de licenciements dans les entreprises familiales

Crédit : Thinkstock

Pour réaliser cette recherche, le professeur Annegret Hauer a comparé les résultats des 500 entreprises familiales les plus importantes avec ceux du DAX-26 (le DAX-30 est l’équivalent du Bel 20 moins 4 entreprises familiales).

Le verdict : en 2009, lors de la grave récession, les entreprises cotées en bourse ont licencié deux fois plus de personnes que les entreprises familiales. En Allemagne, ce Top 500 des entreprises familiales représente 4,5 millions d’employés et 900 millions de chiffre d’affaires avec notamment des familles comme Schwarz-Gruppe (Lidl), Robert Bosch ou Metro.

Autre chiffre résultat de cette analyse : entre 2006 et 2010, le nombre d’employés a augmenté de 500.000 (+11%) dans les entreprises familiales alors que cette croissance n’a atteint que 60.000 (+2%) pour les entreprises du Dax-26.

Point négatif : la progression du CA

La recherche menée par Annegret Hauer démontre cependant un point négatif concernant le chiffre d’affaires des entreprises familiales, ou plutôt la progression de celui-ci. En effet, entre 2006 et 2010, la progression de cette croissance s’élevait à 4% alors que celle du DAX-26 flirtait avec les 8,5% ! Même durant les périodes de récession, le chiffre d’affaires des sociétés du DAX-26 atteignait 3% alors que celui des entreprises familiales chutait de 10%.

Source : Trends